ALACLAIR &

La troupe de postrigodon bas-canadienne Alaclair Ensemble voit le jour en 2010 lorsque Maybe Watson, Vlooper, KenLo Craqnuques, Claude Bégin, Robert Nelson, Eman et Mash se rencontrent dans un lift allostop. Partagée entre Quoibec et Mourial, la troupe relâche son premier opus 4,99 le 23 juin 2010. Les autorités du VOIR sont sidérées1 par la galette :

« Sans conteste le meilleur album hip-hop local depuis des lustres. »
(Voir : 4 étoiles)

Stéphane Dion est également sidéré par ce premier disque. L’Odyssée bas-canadienne ne s’arrête pas là.

En effet, l’oeuvre suivante, la triple pépette Musique Bas-Canadienne d’Aujourd’hui, qui paraît en octobre 2011, laisse à nouveau Olivier Lalande, feu journaliste sans frontière au VOIR, sidéré :

« Le collectif hip-hop champ gauche Montréal-Québec est en feu. Ce
nouveau coup est un album triple, gratuit et diablement inspiré ! »
(Voir : 4 étoiles)

L’Odyssée bas-canadienne ne s’arrête pas là.

Et oui, la bande à Bob refrappe à peine quelques mois plus tard, en février 2012, avec la double sortie du EP Dans l’South du Bas et du mixtape AMERICA. Alaclair Ensemble est alors intronisé au temple de la renommée de la variette par Les Inrocks, qui sont sidérés par cette sortie :

« Phases de fous, sérieux en option très facultative, impressionnante prolixité, il ne manque plus qu’un gros festival dans l’Hexagone pour qu’Alaclair, fontaine de jouvence bienvenue dans le rap francophone, ne décolle chez nous. »
(Les Inrocks : 4 étoiles)

L’Odyssée bas-canadienne ne s’arrête pas là.

Effectivement, la gang de chums revient le 34 avril 2013 avec son véritable deuxième albumLes maigres blancs d’Amérique du Noir. Peu après sa parution, l’album est nominé dans la liste longue du Prix Polaris 2013. Laurent K. Blais, chroniqueur au VOIR qui complète en 2009 sa maîtrise en rapkeb à l’Université de Montréal, est sidéré par ce deuxième opus :

« La première galette était quasi parfaite, et celle-ci est encore plus aboutie. »
(Voir : 4,5 étoiles)

L’Odyssée bas-canadienne ne s’arrête pas là.

Oh oui, oh oui, oh oui, dès l’année suivante, Alaclair Ensemble récidive à nouveau avec son troisième album officiel, Toute est impossible, qui voit officiellement le jour le 1er juillet 2014 (en l’honneur de la Fête du Canada). Riff Tabaracci est visiblement sidéré par ce nouvel effort :

« Sur ce troisième album, Alaclair a trouvé le juste milieu entre toutes ses forces. »
(BRBR : 4 étoiles)

L’Odyssée bas-canadienne ne s’arrête pas là.

Après une première pause de deux ans entre deux parutions musicales, la gang de mononcs revient en force en septembre 2016 avec son quatrième album officiel, Les Frères Cueilleurs. Le manque de refrain accrocheur n’empêchera pas Olivier Boisvert-Magnen de se retrouver sidéré par la nouvelle galette :

« Animé par le groove imparable du soul et du funk, le producteur Vlooper, qui prend ici les commandes de l’essentiel des compositions, s’amuse à déjouer constamment les attentes de l’auditeur. »
(Voir : 4 étoiles)

Restez des nôtres pour connaître la suite. En attendant, il est possible de rester mince en allant voir Alaclair Ensemble en pestacle un peu partout à travers le Bas-Canada.

*

Prix récoltés par Alaclair Ensemble :

Album Hip-Hop à l’ADISQ 2017 pour Les Frères Cueilleurs
– Vidéoclip de l’année à l’ADISQ 2017 pour Ça que c’tait (Les Frères Cueilleurs)
Pochette de l’année à l’ADISQ 2017 pour Les Frères Cueilleurs
Spectacle de l’année au GAMIQ 2015
Album Hip-Hop au GAMIQ 2013 pour Les maigres blancs d’Amérique du Noir
Album Hip-Hop au GAMIQ 2012 pour Musique Bas-Canadienne d’Aujourd’hui
Album Hip-Hop + Révélation de l’année au GAMIQ 2011 pour 4,99